| TOUS POUR UNE JEUNESSE INSPIRANTE ET ENGAGÉE |

MONTRÉAL, QUÉBEC (22 AOÛT 2017) – Le Forum des compétences canado-marocaines, et le Centre culturel Dar Al Maghrib ont organisé, le samedi 19 août dernier et pour une deuxième année consécutive, une journée à l’honneur des jeunes inspirants et engagés dans leur communauté, dans le pays et à l’international. Après une première édition très réussie ayant rassemblé près de 100 participants, cette deuxième édition représentait une action concrète du FCCM et sa volonté de valoriser les jeunes, de les inspirer et de renforcer leur engagement. Le FCCM a donné la parole à des jeunes actifs, épanouis et reconnus dans leur milieu de vie. Chacun de ces invités avait une histoire marquante et une façon différente d’influencer positivement nos jeunes. Une variété de profils était présentée ; réussite scolaire, succès entrepreneurial, victoire sportive, ou encore artistique et culturelle.

Des jeunes engagés aux origines diverses et aux parcours multiples

Huit jeunes, âgés entre 20 et 30 ans, ont pris la parole, samedi dernier, afin de raconter leurs parcours, leurs réalisations, les embûches auxquelles ils ont été confrontés et leurs projets futurs. Dans un format de mise en récit (storytelling), chacun d’entre eux s’est présenté brièvement, suite à quoi des questions et commentaires du public et de l’animatrice, Mylène de Repentigny-Corbeil, ont été posés.

La première intervenante, Amélie Primeau-Bureau est une passionnée de culture. Elle a accumulé plusieurs expériences théâtrales durant sa jeunesse, son adolescence et sa jeune vie d’adulte. Elle a poursuivi des études en théâtre au Cégep St-Laurent en 2009 et a dirigé, en 2012, l’organisation des soirées Brises-Glaces présentées à l’Espace La Risée. Après une pause de trois ans, où elle a voyagé dans plus de six pays, Amélie a décidé de retrouver ses anciens amours en 2015 en se faisant proposer un rôle pour le Cabaret KracBoom!; cabaret de cirque organisé par la troupe LaboKracBoom. Elle entreprend, par la suite, des études en administration de l’art, spécialisé en théâtre à l’Université Bishop’s, où elle participe à l’organisation du premier festival des Arts de l’université, en plus de signer l’adaptation et la mise en scène du spectacle de clôture : Novecento.

Le deuxième invité, Abderraouf Chettibi, est né à Bab El Oued, un quartier populaire d’Alger et a immigré au Canada à l’âge de sept ans. Actuellement étudiant en génie de la production automatisée à l’ÉTS, il se spécialise dans la fabrication additive (impression 3D) et est bénévole à ÉchoFab, un « Fab Lab » qui offre des machines à commande numérique au grand public. Fin 2016, il est finaliste du défi Aquahacking et recevra une bourse du ministre M. David Heurtel pour l’utilisation de drones autonomes dans le milieu aquatique. Il a récemment cofondé Skyxis, une entreprise qui vise à offrir une solution logicielle de gestion d’innovation pour le milieu de la mode.

La troisième intervenante, Laurence Williams, est diplômée du baccalauréat en études de l’environnement de l’Université de Sherbrooke et est une citoyenne impliquée dans sa communauté. Au cours des dernières années, elle a eu l’occasion de travailler au sein de plusieurs groupes citoyens, communautaires et écologistes, comme Les AmiEs de la Terre, Nature Québec, Équiterre, Vigilance OGM, Coule pas chez-nous et la Marche des peuples pour la terre mère. Elle a remporté le prix Porteur d’espoir 2017 de l’organisme Jour de la Terre – Québec. Ce prix récompense une personne âgée entre 16 et 25 ans pour ses précieux efforts et ses réalisations dans le domaine environnemental.

Le quatrième intervenant, Mohamed Khalil, est né en Égypte et est détenteur d’un baccalauréat et d’une maîtrise en Génie mécanique. En mai 2015, il est arrivé au Québec pour faire un doctorat en Génie chimique à la Polytechnique de Montréal. Durant sa première année de recherche, il apprend, par ses lectures, qu’environ 50 millions de tonnes de résidus électroniques ont été générées dans le monde en un an et que la majeure partie de ces déchets toxiques, ayant un effet néfaste sur l’environnement, a échoué dans des sites d’enfouissement et que le reste a été expédié dans des pays du tiers-monde. À peine un an plus tard, il monte son projet de recyclage des déchets électroniques, le projet d’entreprise « PYROCYCLE ».

Née à Montréal, la cinquième jeune engagée et inspirante, Kharoll-Ann Souffrant est d’origine haïtienne. Elle est actuellement étudiante à la maîtrise en travail social à l’Université McGill. Conférencière depuis 2015, elle a pu s’exprimer sur les scènes de TEDxQuébec et de WE Day. Elle fut également ambassadrice de l’engagement pour la portion jeunesse des célébrations du 375e anniversaire de la Ville de Montréal. Récipiendaire de plusieurs distinctions, dont le prix Jeune femme de mérite décerné par le Y des femmes de Montréal, le prix Paul-Frappier pour le leadership jeunesse du Montreal Community Cares et le prix humanitaire Terry Fox, elle a également été nommée en 2017 l’un des cinq visages d’une vaste campagne de sensibilisation qui sera en branle à travers le pays à l’initiative de l’Alliance canadienne pour la maladie mentale et la santé mentale.

La sixième intervenante, Houda Rachdaoui, est étudiante en sciences politiques à l’Université de Montréal. Choisie pour être jeune députée afin de représenter son comté à la chambre des communes dans le cadre des Héritières du suffrage, élaboré par Equal Voice à Ottawa, elle a également eu la chance de représenter son arrondissement en tant qu’ambassadrice de l’engagement, auprès de la ville de Montréal, dans le cadre du projet #Jeunesse375Mtl, qui lui a offert l’occasion d’avoir des moments d’échanges avec les jeunes montréalais et montréalaises, sous forme de consultations. C’était aussi une opportunité qui lui a donné la chance de voyager en Chine dans le but de récolter des pratiques à intégrer à Montréal.

Le septième intervenant, Issam Eddine Rzik, a été récipiendaire à la fin de ses études secondaires du prix Jean-Noël Boulet qui souligne la rigueur et l’excellence dans les matières scientifiques. Il a un doctorat en pharmacie (Pharm.D) de l’Université de Montréal, acquis en 2013, et poursuit actuellement un microprogramme à distance de formation en gestion de Pharmacie à l’Université Laval dans le but à moyen/long terme d’acquérir sa propre pharmacie de quartier impliquée dans sa communauté. Durant deux années consécutives, soit en 2007 et 2008, il a également été champion national récréatif de sa catégorie en taekwondo et vice champion à l’Open du Canada en 2014.

Finalement, une invitée surprise a également participé à l’exercice. Il s’agissait de Mylène de Repentigny-Corbeil, animatrice de l’évènement et également responsable des communications et des relations publiques du FCCM. Candidate à la maîtrise en communication (concentration communication internationale et interculturelle), elle est détentrice d’un baccalauréat en relations internationales et droit international. Elle a donné plusieurs conférences sur divers sujets : culture du viol, cyberviolence et harcèlement sur les réseaux sociaux, genre et migrations et murs frontaliers. Elle a participé à la rédaction de l’ouvrage « L’effet 11 septembre : 15 ans après » en 2016 et à des journées d’étude interuniversitaires sur les violences de masse. De 2014 à 2016, Mylène a étudié, le temps d’une session, à l’École de gouvernance et d’économie de Rabat et a travaillé au sein des associations SimSim-Participation citoyenne et Quartiers du monde.

Un évènement réussi !

Une cinquantaine de participants et participantes se sont rassemblés lors de l’évènement. Des échanges constructifs, des débats respectueux et la formation de projets en devenir ont ponctué la rencontre, qui a duré près de quatre heures au Centre culturel marocain Dar Al Maghrib. L’après-midi s’est clôturé par un convivial repas avec musique en trame de fond où les participants et participantes, les intervenants et intervenantes ainsi que les membres du FCCM ont pu discuter et réseauter.

Qu’est-ce que le FCCM ?

Le Forum des compétences canado-marocaines se donne comme principale mission de contribuer à l’échange de compétences entre individus et organismes canadiens et marocains en vue de faciliter l’intégration, le dialogue interculturel et l’investissement entre les deux pays. Les principaux objectifs du Forum sont d’améliorer l’employabilité et l’entreprenariat, de renforcer l’engagement citoyen, de valoriser les compétences canado-marocaines, de favoriser les liens de coopération entre le Canada et le Maroc et de répondre aux besoins de ses membres. Pour plus d’informations au sujet du Forum des compétences canado-marocaines, veuillez visiter son site internet à l’adresse suivante http://lefccm.ca.

Pour plus de renseignements, contactez-nous

Des jeunes inspirants et engagés à l’honneur au forum des compétences canado-marocaines